情報統合思念体

28 octobre 2010

Grâce à la carte musique, je télécharge légalement de la musique. (histoire vraie)

Filed under: Économie,Doubleplusunbon malpensée,Geek,Politique — Il Palazzo-sama @ 20:23
Tags:

(article rédigé en écoutant de la musique impossible à acheter en France — des OST du Sanglot des Cigales, pour ceux que ça intéresse)

pub carte musique
Notre gouvernement l’avait annoncé : l’été automne 2010 sera musical, grâce à l’arrivée de la carte musique jeune.
Celle-ci redonnera en effet à la jeunesse de notre pays — à laquelle j’ai la chance d’appartenir — l’envie d’acheter de la musique, plutôt que de la télécharger illégalement via les vils réseaux de pair à pair.

Petit tour du propriétaire…

Niveau accessibilité via le portail gouvernemental :

Deux écoles s’affrontent, les plateformes qui daignent vous proposer un lien vers leur site (Amazon, Cd1d, Disquaire Online, Fnac, MyClubbingStore, Qobuz) et celles qui préféreraient que vous leur filiez leur argent avant de réfléchir. (eCompil, musicMe, MySurround, Orange, Starzik, Virgin)
Deezer et iTunes jouent l’originalité, le premier en vous envoyant paitre proprement (« L’offre de la plateforme sera mise en ligne dans les prochaines heures. », ce à quoi je ressens une forte envie de répondre : Cool story, bro.) et le second en vous revoyant vers le téléchargement d’un logiciel superfétatoire résérvé à des systèmes d’exploitation à sources fermées, (non merci, gMusicBrowser me convient très bien) qui semble pourtant nécessaire pour pouvoir obtenir l’éventuel dû afférent à son payement potentiel. (ça ne serait pas Apple, on appellerait ça une arnaque, m’enfin bon)

On peut donc déjà exclure deux offres, et jauger a priori du sérieux des restantes.

Niveau catalogue :

Méthodologie : sont testés plusieurs artistes pour connaitre l’étendue du catalogue de téléchargement de la plateforme.
Les artistes en question sont, des plus obscurs aux plus connus :
— « test du Johnny » : Johnny Hallyday (plus de 55 000 auditeurs et 450 000 écoutes sur last.fm) ;
— Yuki Kajiura (plus de 60 000 auditeurs et 9 500 000 écoutes sur last.fm) ;
— Joe Hisaishi (plus de 130 000 auditeurs et 7 900 000 écoutes sur last.fm) ;
— « test du Johnnie » (comprenne qui pourra) : Oasis (plus de 2 000 000 d’auditeurs et 78 000 000 écoutes sur last.fm).

Résultats :
— Amazon : 163 / 0 / 17 / 274 ;
— Cd1d : étant donné le site, on ne trouvera évidemment pas ces artistes. Malheureusement, on ne trouve pas non plus de dai ni de IOSYS ;
— Discaire Online : même remarque que pour Cd1d ;
— eCompil : 7 / 0 / 0 / 0 pertinent ;
— Fnac : 2901 (sur 1000 chansons composées, le score est honorable) / 0 / 258 / 850 ;
— MusicMe : 1161 titres / 45 titres / 275 titres / 130 titres (écoutables, pas forcément téléchargeables en dur) ;
— MyClubbingStore : étant donné le site, on ne trouvera évidemment pas ces artistes. Malheureusement, on ne trouve pas non plus de IOSYS ;
— MySurround : (pas de recherche possible ?) ; ;
— Orange : nombre non-affiché / 0 / 70 titres / nombre non-affiché ;
— Qobuz : 139 / 0 / 3 / pas de résultat pertinent vu ;
— Starzik : 2028 titres (autre score honorable) / 0 / 245 titres / 228 titres ;
— Virgin : non-lié et très mal référencé.

Conclusion :
Arrivé ici, une conclusion s’impose à moi clairement : l’offre « légale » n’est clairement pas à la hauteur de l’enjeu.
Pour la plupart des acteurs, tant l’étendue du catalogue que la qualité des fichiers correspondent à ce qu’on se serait attendu à trouver sur eMule avant l’arrivée des connexions *DSL.

Niveau catalogue, on a dans le meilleur des cas l’impression de se voir offrir un copier-coller du catalogue CD de la Fnac. Internet est visiblement une innovation beaucoup trop récente pour être maitrisée.
Niveau technique, à part 3 acteurs (Qobuz et deux indépendants : Cd1d et Disquaire Online) qui proposent du lossless, l’obsolète mp3 est de rigueur. (sans DRM, ouf !)

Résultat des courses :
— j’ai téléchargé (gratuitement) un album offert en guise de bienvenue sur Qobuz en FLAC (d’où le titre) ;
— j’ai acquis une profonde conviction que l’offre commerciale de téléchargement musique est complétement inutile : pour rémunérer l’auteur, il vaut mieux commander son CD physique sur Amazon (au moins, on a le plaisir de l’objet, sans payer plus cher) et pour trouver des perles rares, TheGoogleBay reste la référence absolue.

So long, and thanks for all the fish!

28 janvier 2010

Achats Amazon(.com/.co.uk/.fr) et Cultura.com (semaine 52)

(c’est un peu le bordel niveau image — trucs manquants, notamment — je rationaliserai dans pas trop longtemps)

Amazon
Amazon
Cultura
Côté Amazon, en CD :
— ABBA – Gold ;
— Louis Armstrong – What a Wonderful World ;
— Dschinghis Khan – Die Großen Erfolge ;
— Dschinghis Khan – 7 Leben ;
— Natsuko Kuwatani – Suzumiya Haruhi no Yûutsu Character Song Vol. 5 Asakura Ryôko ;
— Lordi – The Arockalypse ;
— Yuki Matsuoka – Suzumiya Haruhi no Yûutsu Character Song Vol. 4 Tsuruya-san ;
— Moby – Play ;
— Moby – 18 ;
— Pink Floyd – A Saucerful of Secrets ;
— Rammstein – Herzeleid ;
— The Red Hot Chili Peppers – Californication.

Côté Amazon, en DVD :
— Kung pow ;
— Ponyo sur la falaise.

Côté Cultura.com :
— Douglas Adams, Le Guide du voyageur galactique ;
— Douglas Adams, Le Dernier Restaurant avant la fin du monde ;
— Douglas Adams, La Vie, l’Univers et le Reste ;
— Douglas Adams, Salut, et encore merci pour le poisson ;
— Douglas Adams, Globalement inoffensive.
(le problème avec cultura, c’est qu’ils mettent des étiquettes toutes chiantes à l’arrière des bouquins et que l’état des livres, sans être catastrophique, n’est pas top)

Anecdote sur les CD : ce ne sont que des albums que j’écoutais déjà illégalement¹. (bien que je possédais déjà plusieurs autres albums des Pink Floyd et un des Red Hot Chili Peppers) Les rares artistes français qui auraient pu se retrouver dans cette liste ont pris position contre le partage de fichiers et pour HADŒPI, donc je leur ai fait le plaisir, il y a quelques mois déjà, de supprimer leurs albums de mon disque dur et de ne plus écouter leur musique.

¹ ou de manière tangente. (enregistrement d’albums appartenant à une bibliothèque, gérée financièrement par l’État, qui n’achète pas de CD dédiés à la location)

25 janvier 2010

Ré-installation de Windows XP

Filed under: 3615 My Life,Coup de gueule,Geek — Il Palazzo-sama @ 22:55
Tags:

Au fait, bonne année à mes éventuels lecteurs réguliers. Je ne suis pas mort. Enfin, je crois.
C’est juste que je suis en manque chronique de temps. (comme d’hab, quoi !)

Ça fait 19 mois que j’utilise de manière quasi exclusive GNU / Linux. (sauf exceptions pour le jeu en réseau local, et la fois où j’ai réussi le tour de force de casser mon Ubuntu alors que je n’avais plus de Debian fonctionnelle à côté — deux jours à devoir me passer de mon système, dur —)

Hier, pour la première fois depuis longtemps, (~15 mois, une éternité même) j’ai installé un Windows. (XP)

(ça faisait trois mois qu’il ne démarrait plus — la « réparation » ne marche pas, évidemment — sur mon vieil ordi de 2002, qui sert de plate-forme de jeu à ma plus jeune petite sœur — rassurez-vous, elle a un vrai système à côté pour le reste —)

Passons sur le temps déjà élevé d’installation. Temps qui monopolise l’attention de l’utilisateur, étant donné qu’il n’est pas foutu de poser toutes les questions avant de démarrer l’installation.

Les mises à jour…
Oh ma Déese…
… là où une ligne ou deux suffirai(en)t — un truc du genre « aptitude update » / « aptitude safe-upgrade » — ça prends une éternité avec Windows Update.

Mettez à jour Windows Update.
Mettez à jour vers SP2.
Mettez à jour Windows Update.
Mettez à jour vers SP3.

Compter ¼~½ h pour une MÀJ de Windows Update. ½~1 h pour un Service Pack.
Soit 1~3 heures. (la vraie valeur doit être vers 2~2,5 h)

Sachant que vous n’avez toujours pas fait les mises à jour du système non inclues dans les Service Packs.
Sachant que les pilotes USB, audio, 3D et wi-fi restent à installer.
Et que ceci fait, on a toujours pas un système fonctionnel : restent à installer manuellement et un à un le bépo, un gestionnaire d’archives, une suite bureautique, deux ou trois vrais navigateurs de toile, un client bittorrent, un vrai outil de retouche d’images, un vrai extracteur de CD audio, un vrai éditeur de texte, un client de messagerie instantanée, un vrai lecteur multimédia avec tous les codecs nécessaires pour lire autre chose que les blagues que sont les wma et wmv, et un lecteur de PDF. (notez que je maintiens un « /media/chachamaru/Installation OS/Windows/Logiciels libres » — chachamaru est mon disque dur externe — de 350 Mio à tout hasard, ce dont j’ai été très content, pour le coup) Et un antivirus, bien sûr. Histoire de ne pas rajouter mon ordi à zombie-net. (vaut mieux éviter, surtout en ces temps d’HADOPI) Et quelques outils spécifiques qui ne sont disponibles qu’en ligne de commande sous une distribution libre grand public (genre client FTP), et qu’on ne peut donc pas reprocher à Windows de ne pas inclure.

Résultat : beaucoup de temps perdu. Alors qu’il aurait suffit que le système ne plante pas.
Le pire dans l’affaire, c’est que ce système est quand même sensé être celui de référence en entreprise. (je suppose que celles-ci ont la possibilité de monter leur « distribution » optimisée en interne pour éviter de perdre autant de temps, sinon, je ne comprends vraiment pas ne serait-ce que la seule survie d’icelui)

Hier, pour la dernière fois avant longtemps, j’ai installé un Windows.

29 décembre 2009

Adieu .NET Messenger Service

Filed under: Geek,Libre — Il Palazzo-sama @ 05:35
Tags: , , ,

.NET Messenger Service ?

L’origine de .NMS remonte à longtemps.
En 1995, alors que la disquette — tristement connue pour la facilité déconcertante avec laquelle on pouvait l’utiliser pour pratiquer le piratage — était encore le vecteur privilégié pour les échanges de pair à pair, Microsoft eut une idée révolutionnaire : créer un concurrent non-interopérable au World Wide Web, MicroSoft Network, plus connu sous le nom d’MSN.
Comme la quasi-totalité des produits Microsoft n’ayant pas eu la chance d’être fortement adossés à un monopole en place, celui-ci s’est pris une gamelle.
Bla, bla, bla.

Bon, toute cette histoire nous a laissé deux séquelle : un portail tout pourri — je dirais même qu’il bat celui d’Orange, c’est dire — mais pas bien méchant, à savoir (live/msn).com.
Et, plus grave, un protocole de messagerie instantanée fermé et non-interopérable, en position de monopole dans certains pays — dont, malheureusement, la France — et quasi inexistant dans d’autres, où d’autres protocoles fermés non-interopérables non compatibles sont en situation de monopole. (AIM/ICQ en Amérique du Nord, Gadu-Gadu en Pologne, QQ en République Populaire de Chine, Skype pour la VoIP/vidéoconférence, …) Voilà donc notre fameux .NMS.

Ma résolution de l’année 2009 était de quitter définitivement ce protocole d’ici le 31 décembre 2009, protocole que j’utilisais de toute manière en infraction de ses conditions d’utilisation. (j’étais passé à Pidgin longtemps avant de passer à GNU/Linux)

Tâche qui s’est au final révélée très ardue : j’ai utilisé ce protocole au moins 3 fois cette année.

Ilpalazzo ayant décliné mon offre désintéressée, (@ilpalazzo : si tu reviens, j’annule tout) j’ai donc aujourd’hui le plaisir de vous annoncer que si vous pouvez devenir il.palazzo@hotmail.fr en utilisant le code promotionnel « Gsr~?z^L » sur le site login.live.com. Offre gratuite sans obligation d’achat dans la limite des stocks disponibles, à savoir 1.

Et moi ? Vous me retrouverez via :
— XMPP : il.palazzo-sama@jabber-fr.net / ilpala.jts@gmail.com (préférez la première, il y a moins de bogues) ;
— IRC : dans certains salons hébergés sur des réseaux débauchés tels que irc.freenode.net, irc.nanami.fr et irc.otaku-irc.fr, sous le pseudonyme habilement maquillé de Il_Palazzo-sama.

24 décembre 2009

Achats Manga’Distribution et Saffran Prod (semaine 51)

Achats de la semaine

Côté Manga’Distribution :
— Bokusatsu Tenshi Dokuro-chan intégrale ;
— Cardcaptor Sakura saisons 1, 2 et 3 collector ;
— Gosho Aoyama’s Collection of Short Stories ;
— Hajime no Ippo édition collector ;
— Samurai Champloo édition gold collector ;
— Waga Seishun no Arcadia – Mûgen Kidô SSX édition collector.

Côté Saffran Prod : les deux premiers tomes du sanglot des cigales.

À part ça, je viens d’atteindre un nouvel achievement dans ma vie hier : en allant chez mon libraire manga habituel — Shi Fu Mi — pour préparer du cadeau de Noël, j’en ai profité pour ramener toutes mes anciennes cartes de fidélité papier.
Verdict sans appel : je fais partie du top 10 des clients qui ont le plus de points de fidélité en stock. (2ème place pour être précis, avec bonne avance sur le troisième mais un retard énorme sur le premier)


Crédit Photo : CC-BY-SA Il Palazzo-sama

18 décembre 2009

Pourquoi ?

Filed under: Coup de gueule,Otaku — Il Palazzo-sama @ 17:45
Tags:

Pourquoi ?

C’est un cri de douleur. De souffrance. De PASSION. Peut-être même de haine.

Pourquoi ?

Les fondements de votre foi s’effondrent. Tout part à vau-l’eau.

Pourquoi ?

Vous n’avez plus rien pour vous raccrocher. Vous êtes complètement perdu…

Pourquoi ?

Yukipedia, 18 décembre

Pourquoi ?

Qu’avez vous fait à son Absence ?
Vous êtes pourtant fan de cette série depuis un bout de temps. Vous vous étiez promis d’en acheter des CDs. Vous aviez enfin décidé de passer à l’acte.
Mais vous aviez certaines choses à vérifier sur le Yukipédia avant d’acheter…

Pourquoi ?

Qu’avez vous bien pu Lui faire pour en arriver là ?
… pour vous décider enfin de franchir le pas un 18 décembre ?

14 décembre 2009

Quitter Google Search quand on est sous Firefox

Filed under: Geek,Libre,Planet Libre — Il Palazzo-sama @ 13:50
Tags: , , , , , ,

Eric Schmidt est actuellement critiqué sur de nombreux sites/forums/blogs pour avoir tenu des propos qui font resurgir de plus vive la crainte de voir Google devenir un Big Brother.

De nombreux utilisateurs de Firefox se sont donc demandé si ce n’était pas une mauvaise idée que Mozilla utilise Google comme moteur de recherche par défaut.
(remarque : ce n’est pas le cas partout, le moteur de recherche par défaut de la version russe de Firefox est Yandex)
Peut-être, mais je doute qu’on trouve une alternative : Google finance Mozilla pour le traffic qu’il reçoit. Vu le nombre d’utilisateurs de Firefox, je ne pense pas qu’on trouve un concurrent de Google à la fois disposé à donner de l’argent à Mozilla et ayant les reins assez solide pour supporter le trafic.

La situation risque donc de rester au statu quo pendant un bon moment.
Quid de l’utilisateur qui souhaite ne pas utiliser Google, alors ?

Asa Dotzler, de Mozilla, propose d’installer cette extension (sous Ms-PL) pour remplacer Google par Bing.
Il considère en effet que Bing a une meilleure politique de confidentialité que Google.

Personnellement, ça me semble une mauvaise solution : j’ai l’impression de choisir entre la peste et le choléra.

J’ai cependant une bonne nouvelle : il existe des moteurs de recherche qui se fixent pour objectif de respecter la vie privée de leurs utilisateurs.
Or il est relativement simple de changer le moteur de recherche utilisé par Firefox dès qu’on fait une recherche dans la barre de navigation.
Petit didacticiel :

Nota : j’utilise un live CD de Mandriva 2010.0 dans une machine virtuelle pour la démonstration, étant donné que le Firefox que j’utilise sur mon Ubuntu 9.10 ne ressemble plus du tout à un Firefox standard.

Étape 1 : pré-sélectionner son nouveau moteur de recherche.
À ma connaissance, il y a 4 moteurs de recherche qui se fixent comme objectif de respecter la vie privée de leurs utilisateurs :
— Cuil (lien) ;
— Ixquick (lien) ;
— Scroogle (lien)  
— Yauba (lien).

Je vous laisse choisir celui qui semble vous convenir.
Si vous ne savez vraiment pas, prenez Yauba. (c’est celui que j’utilise dans l’exemple)

Étape 2 : ouvrir about:config dans un onglet
Avertissement
Promettez à Firefox de faire attention pour passer à la suite.
Remarque : au cas où des débutants lisent cet article, ayez à l’esprit que faire attention inclut le fait de réfléchir avant d’appliquer ce que le « gentil monsieur » d’internet dit de faire. Vraiment, c’est important : on est pas à l’abri d’une erreur de frappe voire d’un acte de malveillance délibéré de sa part.

Étape 3 : filtrer les résultats pour trouver ce que l’on cherche.
Filtre « Google » activé
J’ai utilisé le filtre « Google », mais si vous avez trop de résultats, vous pouvez mettre « keyword.URL » à la place.

Étape 4 : remplacer Google.
Double-cliquez sur la ligne que j’ai surlignée sur l’image précédente. (« keyword.URL »)

Remplacez Google par votre nouveau moteur de recherche :
— pour Cuil : « http://www.cuil.com/search?q= » ;
— pour Ixquick : « http://ixquick.com/do/metasearch.pl?language=francais&query= ». Vous pouvez enlever « language=francais& » si vous préférez une interface en anglais et des résultats non francisés. Vous pouvez remplacer « http:// » par « https:// » si vous voulez empêcher qu’on espionne vos requêtes, par exemple sur votre Wi-Fi ou sur le réseau local de votre travail, mais ayez conscience que ça ralentira vos recherches ;
— pour Scroogle : « http://www.scroogle.org/cgi-bin/nbbw.cgi?Gw= ». Vous pouvez utiliser « https://ssl.scroogle.org/cgi-bin/nbbw.cgi?Gw= » à la place si vous voulez empêcher qu’on espionne vos requêtes, mais comme pour Ixquick, ça ralentira vos recherches ;
— pour Yauba : « http://fr.yauba.com/?target=all&x=0&y=0&q= ». Vous pouvez remplacer « fr » par « www » si vous préférez une interface en anglais et des résultats non francisés.

keyword.URL
Cliquez sur OK.
Et voilà, Firefox n’utilisera plus Google par défaut quand vous utilisez la barre de navigation.
Vous êtes enfin libre de chercher vos « actualités passionnantes (avec des gens tous nus dessus) » sans craindre que Google ou Microsoft finissent par le signaler à votre famille/employeur/assureur/etc.

Si vous savez ce que vous faites, vous pouvez aussi toucher aux autres réglages qui utilisent Google. Mais seulement si vous savez ce que vous faites. (par exemple, safebrowsing,clients,google.com sert à faire marcher le filtre anti-sites dangereux) Personnellement, je préfère laisser tel quel.

Nota : aux débutant, je n’ai pas parlé de la barre de recherche dans cet article car je ne l’utilise pas. Mais il est évident que si vous quittez Google au niveau des réglages pointus sans le quitter au niveau de votre barre de recherche, vous n’aurez pas changé grand chose.

PS : toute critique est appréciée. Trop simpliste ? Trop dur ? Manque un sujet connexe ?


Les captures d’écran présentes dans cet article, réalisées par Il Palazzo-sama pour icelui, sont des œuvres protégées en France par le code de la propriété intellectuelle et dans d’autres pays par la convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques.
Elles est disponible sous licence CC-BY-SA, sous réserve de conflit avec les mentions suivantes :
— Mandriva et son logotype sont des marques déposées de Mandriva S.A. ;
— Firefox et son logotype sont des marques déposées de la Mozilla Foundation ;
— Jamendo et son logotype sont des marques déposées de Jamendo S.A. ;
— Ask.com et son logotype sont des marques déposées de IAC/InterActiveCorp ;
— certains éléments visuels proviennent de logiciels libres, appartenant à leurs auteurs respectifs, et sont donc soumis à leurs licences d’utilisation.

8 décembre 2009

Piratage : crime et châtiment

« TOUTE LECTURE DE LA PRÉSENTE PAGE SANS LICENCE D’UTILISATION VALIDE EXPOSE LE CONTREVENANT À UNE CONDAMNATION AUTOMATISÉE PAR LA CHAMBRE HADŒPI DÉCENTRALISÉE DE LA COUR D’ASSISES DE SON LIEU DE DOMICILIATION.

Piratage nom masculin
Attaque sournoise consistant à télécharger et/ou téléverser des fichiers protégés par les lois et traités en vigueur en dépit des droits moraux et patrimoniaux de s(on/es) auteur(s), au dépit de ce(lui/ux)-ci.

Nota : Ce crime sordide doit être puni de la façon la plus ferme proposée par la loi, si possible par la pendaison à un croc de boucher jusqu’à que mort s’en suive.
(cette méthode présente l’avantage d’être utilisable à la fois dans les dictatures et les démocraties)
 »
— dictionnaire français doubleplusbonbienpenséeé — édition 2010, co-éditée par le gouvernement et les majors du disque
(définition du défunt site séditieux fr.wiktionary.org, correction effectuée par les personnels autorisés lors du transfert du contenu vers miniver.gouv.fr/dictionnaire)

La compil’ à 675000 € de JoëlOnt déjà été condamnés :
— Jammie Thomas à 1 920 000 $ pour 24 chansons ;
— Joel Tenenbaum à 675 000 $ pour 31 chansons.

Et là, fidèle lecteur, suant abondamment, vous empoignez votre chalumeau et votre disque dur externe et pointez le premier sur le second.
(attention aux doigts, hein)

Rassurez-vous : les prochaines victimes sont déjà connues.
Il s’agit des sociétés Universal Music, Sony Music Entertainment, EMI et Warner Music, qui d’après les informations du Monde ont cru bon de diffuser à titre payant 300000 titres sans se prendre la peine de rémunérer leurs auteurs.

Tel est pris qui croyait prendre, comme on dit.

Ou l’histoire de la paille et de la poutre…

Breaking news : Frédéric Lefebvre vient il y a moins d’une heure de tenter de leur griller la priorité en diffusant une émission de France 3 sur une plate-forme en ligne de partage de vidéos.
C’est gentil de sa part d’essayer de diffuser largement les paroles de Benjamin Bayart, mais faudrait voir à respecter la loi quand même.

Ah, on me signale à l’instant que Frédéric Lefebvre vient d’être acquitté.
Euh… En raison de l’engorgement des tribunaux, seuls les infractions au droit d’auteur commises par des personnes dont les initiales sont JT sont actuellement traitées.
D’accord, et donc pour éviter d’empirer la situation dans les tribunaux, quelques rares combinaisons dont FL sont automatiquement acquittées.

Bon, ben ma journée est pas perdue : je suis parmi les acquittés d’office.

Que dire pour conclure ?
Que les bras m’en tombent ? Que les pires ne sont pas ceux qu’on croit ? Que si vous êtes plus inspirés que moi pour trouver une morale à cette histoire, vous pouvez poster un commentaire ?


Crédit image : © 2009 The Pirate Bay
Sauf que The Pirate Bay me foutrait des coups de pied au cul s’ils lisaient la ligne précédente, donc je la diffuse ici sous WTFPL 2.

26 novembre 2009

Animation japonaise, saison d’automne 2009 : first contact (en retard)

Bon, au début, je m’étais promis de ne pas faire de listes commentées comme on en voit chaque début de saison sur pas mal de web-logs visibles au travers des agrégateurs de flux. (je ne critique pas les auteurs, elles me sont bien utiles) Je ne voyais pas l’intérêt d’en faire une de plus.
Puis je me suis dit que pourquoi pas vu que de toute manière je suis en train de me prouver que je suis incapable de faire un article sur une série d’animation japonaise. Par défaut, ça sera toujours ça de présent sur ce site.
Et puis finalement, je me dit que ça pourrait peut-être être sympa. Ne serait-ce que pour les gens qui veulent cibler mes (mauvais) goûts.

Je suis le pire.

Et non, ce que je viens de dire ne se dit pas en français. Mais vous m’avez compris.

Plus sérieusement, il y a quand même des choses à dire cette saison. Et je me mettrai aux vrais reviews dès demain.

Nota : il n’y a la plupart du temps que mon commentaire sans synopsis. Le lien sous le titre permet d’avoir un synopsis en français ou en anglais.
Par ordre alphabétique :
— 11eyes: Tsumi to Batsu to Aganai no Shôjo : plutôt intéressant, même si ça ne semble pas valoir un Shakugan no Shana ;
— Anyamaru Tantei Kiruminzuu : j’ai tenu cinq minutes, c’est déjà beaucoup ;
— Aoi Bungaku Series : plutôt intéressant et bien réalisé, mais pas dans ce que j’ai envie de regarder pour le moment (violent, par contre) ;
— Asura Cryin’ 2 : vu le premier épisode de la première série. C’est potentiellement sympa. Non, je ne peux pas (encore) être plus précis ;
— Battle Spirits: Shounen Gekiha Dan : je n’ai pas vu la première saison. Ça n’a pas l’air spécialement intéressant. (sorte de clone de Yû☆gi☆ô ?) Il n’y a pas de traduction anglaise. Même la Wikipédia anglophone ne connait pas cette série, c’est dire. Ç’eut difficilement pu être pire, donc je ne regarderai pas ;
— Cheburashka Arere ? : pas mauvais, mais pas spécialement bon non plus. Sans moi ;
— Darker than Black -Ryûsei no Gemini- : je n’en suis qu’au tout début de la première saison, mais ça a l’air prometteur ;
— Fairy Tail : Aya « Haruhi » Hirano en héroïne tsunderisante, Tetsuya « Simon » Kakihara en héros et Rie « Shana » Kugimiya pour les explications sans queue ni tête. Le casting place la barre très haut. Et pourtant, bien qu’ayant apprécié le manga, je n’accroche pas trop. Même s’il semblerait que d’autres personnes aient eu du mal avec Fairy Tail, je pense que c’est aussi dû au fait que la narration d’un shônen nekketsu est plus adaptée au manga qu’à l’anime. (la même histoire se révélant passionnante en manga et soporifique en anime, surtout dès qu’on la connait déjà) Bon, sans moi, donc ;
— Gokyoudai Monogatari : a l’air strictement ciblé sur un public enfantin. Pas de traduction. Peu de chances que je m’y intéresse :p ;
— Himitsu Kessha Taka no Tsume : probablement un bon exemple de ce qu’aurait pu être un Tentai Senshi Sunred totalement raté. Sans moi ;
— InuYasha Final Act : je n’ai pas lu le manga et j’ai 167 épisodes de retard en anime. (sur 167) Un jour, peut-être ;
— Kaidan Restaurant : pas de traduction. À la lecture du synopsis, je le catégoriserait d’intérêt moyen-moins. Pas grave, y’a largement de quoi regarder à côté ;
— Kämpfer : je vais décevoir du monde, là. Non, tu as aimé ? Eh oui. Il y a pourtant tous les ingrédients pour en dire du mal. Néanmoins, j’ai réussi à accrocher à cet anime de « lycéennes avec b00bs qui s’entredéchirent les vêtements à coup d’armes diverses (et variées) pour préparer les indispensables scènes de yuri ». (auto-quote, j’ai réussi à faire rire une personne — pour être précis, un administrateur de la Wikipédia francophone dont je tairais le nom — sur IRC avec ça) Voilà, l’otakisme est l’incarnation de la déchéance irrémédiable du genre humain, nous en avons aujourd’hui une preuve supplémentaire. Si on ne se retrouve pas avec trop d’épisodes 100 % fanserv et 0 % intéressant comme le cinquième, je devrais réussir à finir cette série. (on me signale à l’instant que le quatrième était pas mieux, voire pire. Ah, tiens, oui. C’est bizarre, je ne m’en étais pas rendu compte.) À regarder sans en attendre grand chose, donc. Ou à ne pas regarder, mais vous louperiez au moins deux sourires et un demi-saignement de nez, donc je vous fais confiance pour tenter le coup ;-) ;
— Kiddy Girl-and : j’ai pas accroché à la première saison ;
— Kimi ni Todoke : shôjo romantique qui commence très, très bien. Bien que ça ne soit pas mon genre de prédilection, je continue avec grand plaisir ;
— Kobato. : anime — très² — sympathique. Par contre, c’est dangereux pour ma santé : au moins une fois par épisode, j’ai envie de me cogner la tête contre les murs tellement ça viole mon schéma de pensé d’admettre — et ce même comme hypothèse de matage d’anime — qu’on puisse être aussi ingénu ;
— Kûchû Buranko : un anime très particulier. Mais contrairement à un Sayonara Zetsubô Sensei, je n’accroche pas ;
— Miracle Train – Ooedo-sen e Youkoso : bof, bof. Sans moi. « Un train qui apparait aux demoiselles en détresse. La prochaine personne, ça pourrait être vous… » Euh, non… pas vraiment, en fait ;
— Natsu no Arashi! Akinai chû : j’ai bien apprécié le début de la première saison. Affaire à suivre ;
— Nogizaka Haruka no Himitsu: Purezza : personnellement, j’avais aimé… le premier épisode de la première saison. Mon intérêt n’a fait que décliner au fur et à mesure que j’avançais. (je ne sais pas par quel miracle j’ai pu la finir, d’ailleurs) Il parait que la deuxième commence mal. Ça sera sans moi (Quoique… j’ai bien lu record de panty shot ?) ;
— Nyan Koi! : j’ai trouvé le premier épisode assez peu intéressant malgré une ou deux bonne(s) idée(s). Sans moi ;
— Queen’s Blade: Gyokuza wo Tsugumono : malgré le fait qu’il ait révélé le potentiel comique — traduction française : ridicule — indéniable de cet anime, le premier épisode de la première saison ne m’a pas donné envie de voir la suite. Sans moi, donc ;
— Sangoku Engi : pas mon genre d’anime, un peu long (52 épisodes) et pas de traductions ;
— Sanjushi : n’est répertorié ni sur les Wikipédia francophone et anglophone, ni sur animeka, ni sur MyAnimeList. Pas de traduction. Et ça n’a pas l’air spécialement intéressant non plus. Bizarrement, je ne regarderai pas ;
— Sasameki Koto : avis plutôt positif pour l’instant, je continue ;
— Seiken no Blacksmith : j’aime bien, même si pour l’instant le monde manque un peu de profondeur (je précise que je n’en suis qu’à l’épisode 2) ;
— Seitokai no Ichizon : « Un drama CD serait suffisant. » « Rajoutons de l’action : que diriez-vous de collecter sept quelque chose pour réaliser un souhait ? » « Il faut choisir le titre. (…) Suzumiya… comment tu écris Mélancolie ? On peut pas ! Si on le fait, tout le monde va regarder. » EPIC. (WIN ou FAIL, à vous de voir) Un quasi huit-clos comique, qui se moque beaucoup des séries de harem lycéens. Et ça marche. (sur moi en tout cas. Mais sur d’autres aussi) Si ça vous parait moyen, regardez au moins le premier épisode, par acquis de conscience ;
— Shin Koihime†Musô : suis quelque part au début de la première saison. Sympa à condition de ne pas prendre au premier degré — sinon, c’est ridicule — mais pas passionnant ;
— Shugo Chara!!! Dokki Doki : pas accroché au premier épisode de la première saison. Sans moi ;
— Sora no Otoshimono : un mélange de très mauvais et de très bon. Je continuerai tant que ça me procurera au moins un fou-rire par épisode ;
— Stitch! : Oh ! Un Disney. Je testerai, un jour, si j’ai le temps ;
— Tatakau Shisho: The Book of Bantorra : steampunk orienté magie. C’est pas mauvais, mais je n’accroche pas non plus. Sans moi ;
— Tegami Bachi : Plutôt pas mal, mais je n’accroche pas non plus spécialement. Et l’idée de départ n’est pas assez positive par rapport à ce que j’ai envie de regarder ces temps-ci ;
— Tentai Senshi Sun Red 2 : synopsis : « Les méchants de cet univers ne semblent pas disposés à disparaitre, ils sont un peu comme des taches de gras difficiles à enlever. Mais chaque semaine, il s’occupe de ces taches et nettoie tout nickel grâce à sa force brute ! » EPIC. WIN. À voir (oui, j’en suis toujours à la première saison, faut garder des réserves parce que la fin de la diffusion risque de faire un gros manque) ;
— To Aru Kagaku no Railgun : si je n’avais qu’une seule série à vous conseiller cette saison, ce serait probablement celle-ci. J’avais beaucoup aimé le monde de To Aru Majutsu no Index, même si la série était découpée en arcs de qualité très inégale et ayant peu (voire pas) de rapport entre eux. Cette préquelle a (pour l’instant du moins) deux fils conducteurs : Judgment et la rivalité Mikoto/Tôma. J’adore les deux. Bonus pour les mecs : teleport yuri rape. Bonus pour tout le monde : un OP qui déchire. Avant de me faire agonir d’injures, je précise que c’est une — très ? — bonne série mais avec par moment des lourdeurs, ce n’est donc pas un chef d’œuvre absolu : ne vous attendez pas au 139,56ème impact de l’animation japonaise ;
— White Album Final : pas accroché au premier épisode de la première saison. Sans moi ;
— Winter Sonata : anime en coréen sous-titré japonais. Ça fait très bizarre de perdre tous ses repères auditifs. (en même temps, ça permet d’imaginer ce qu’on fait subir aux non-otaques quand on leur passe du japonais sous-titré français) Bon, sinon, sur l’histoire même, je ne suis pas spécialement intéressé ;
— Yumeiro Pâtissière : anime plutôt sympathique et que je trouve, pour le premier épisode du moins, assez réussi, mais auquel je n’accroche pas non plus spécialement. (oui, c’est pas mon genre d’anime) Je ne continuerai pas. (vaut mieux pour ma santé d’ailleurs : d’aucuns se rappelleront que j’avais réussi à tomber malade en regardant K-On! parce que Tsumugi m’avait donné une envie compulsive de manger des douceurs sucrées)

Articles similaires :
(d’aucuns auront le méchant réflexe de remplacer cet adjectif par « meilleurs ». C’est pas tout à fait faux >_< )
— DarkoNeko
— Exelen

Disclaimer : si vous avez fait un article sur la saison d’automne 2009, (ou si vous en avez lu un, même s’il est en anglais) n’hésitez pas à me le signaler dans les commentaires ou par courriel pour que je mette ma liste à jour.
Euh… avant la fin de l’année prochaine, de préférence. (je précise, on sait jamais)

20 novembre 2009

[SFW] Mono Kuro

Filed under: Hentai,Otaku — Il Palazzo-sama @ 20:50
Tags: ,

1er article manga/anime. \o/

Sur de la pornographie… \o/
(the web is for porn)
(mais en restant SFW)

Mono Kuro est une œuvre ecchi dans la veine de ce que les plus vieux d’entre nous regardions à une époque sur M6.

Personnellement, j’apprécie beaucoup de dessin de l’auteur, Itosugi Masahiro, même si le scénario ne casse pas trois pattes à un canard. (un lycéen looser peut posséder des objets. Ecchi ensues.)
Ce n’est pas là où je veux en venir. L’ensemble, sans être mauvais, n’est ni complètement traduit, ni spécialement mémorable.

Une planche du quatrième chapitre, elle, vaut le détour :
(en posant les yeux sur l’image ci-dessous, vous certifiez SOIT avoir 18 ans révolus et l’âge légal dans votre pays pour regarder de la pornographie au cas où celui-ci serait différent SOIT ne pas avoir l’esprit mal tourné)

Mort de rire. :D


Crédit image : © 2007 Itosugi Masahiro

Page suivante »

Thème Rubric. Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.